Un scanner thoracique basse dose pour
une analyse multi-organes du fumeur 

Magazine ARIAS

|20/08/2020

Si le nombre de fumeurs en France est en baisse depuis quelques années1, le cancer des poumons reste malgré tout la première cause de mortalité par cancer chez les hommes et la deuxième chez les femmes1. Les symptômes du cancer du poumon sont peu spécifiques et arrivent souvent tardivement, alors qu’un diagnostic précoce et généralisé améliore la prise en charge du patient. Aujourd’hui, un seul examen scanner courant et peu irradiant (typiquement DLP 15 mGy.cm), permet d’établir rapidement, grâce à une solution d’analyse d’images multi-organes, un bilan de santé très pertinent d’un patient fumeur.

Lorsqu’un radiologue réalise un scanner thoracique pour un examen pulmonaire, les images obtenues lui apportent un grand nombre d’informations ; sur les poumons, mais aussi sur les organes mitoyens. Mais est-il en mesure, dans un temps compatible avec le nombre de patient qu’il reçoit dans la journée, d’analyser avec une grande acuité chacune des 200 ou 300 coupes produites par chacun des examens ?

En général, sa charge de travail ne lui permet pas d’approfondir l’examen. En effet, le nombre d’examens d’imagerie explosent mais le nombre d’experts n’augmente pas proportionnellement. En résulte un temps d’analyse par examen plus court et de fait, un accroissement du taux d‘erreur d‘interprétation. Une étude montre d’ailleurs que diminuer de moitié le temps d’interprétation des radiologues entraîne une augmentation du taux d’erreur d’interprétation de +16.6%2.

Ainsi, dans la plupart des cas, le radiologue devra donc répondre à la demande d’examen, c’est-à-dire qu’il va devoir se concentrer sur la pathologie recherchée dans les poumons du patient au risque de passer à côté d’une anomalie dans un organe voisin.

Aujourd’hui, la puissance des supercalculateurs permet de développer des logiciels d’analyse d’image, basés sur le deep learning*, c’est-à-dire des logiciels qui ont appris, à partir de milliers d’images annotées par des experts, à caractériser et quantifier automatiquement l’anatomie des organes et les anomalies.

A partir d’un simple examen scanner thoracique, sans synchronisation physiologique, sans injection de produit de contraste, la plateforme d’analyse multi-organes de Siemens Healthineers, AI Rad Companion Chest CT (AIRC Chest CT), fournit au radiologue en moins de 20 minutes un nombre considérable d’indicateurs permettant par exemple d’identifier les conséquences du tabagisme sur le patient :

  1. Les nodules pulmonaires, indicateurs éventuels de cancer
  2. L’emphysème, lié à une BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive)
  3. La calcification des artères coronaires, facteur de risque d’un infarctus du myocarde
  4. La dilatation de l’aorte thoracique, signe d’un anévrysme
  5. La déformation des vertèbres thoraciques, peut-être due à des métastases du cancer du poumon
Scanner thoracique - Siemens Healthineers

Le logiciel AIRC Chest CT est donc une aide précieuse pour permettre au radiologue d’établir son diagnostic de manière exhaustive. De plus, au-delà d’un diagnostic initial de ces pathologies, l’analyse quantitative des anomalies détectées sur les images scanner permet au radiologue de suivre l’évolution de la maladie.

AI Rad Companion Chest CT effectue les tâches chronophages pour lesquelles le radiologue n’a que peu de valeur ajoutée mais dont les résultats sont d’une grande importance pour suivre l’évolution de la taille des nodules, évaluer le pourcentage d’emphysème, mesurer les diamètres de l’aorte aux différents repères recommandés par l’American College of Cardiology/American Heart Association. Bénéficiant automatiquement de l’ensemble des informations pertinentes révélées par le scanner thoracique, le radiologue peut alors se concentrer sur son patient et le faire bénéficier de toute son expertise.

« En réalisant automatiquement les mesures et en préparant les résultats de façon à simplifier l'élaboration du rapport diagnostic, l’outil permet de simplifier le travail des radiologues et de gagner du temps » résume le Pr Philippe Grenier, Hôpital Foch.

Le logiciel d’analyse AIRC Chest CT qui identifie chacun des organes rencontrés sur les images acquises afin d’extraire le maximum d’informations pertinentes pour évaluer l’état de santé du patient, est un outil innovant qui va sans doute modifier la pratique du radiologue au service de la médecine de précision. Un tel logiciel se charge, grâce aux techniques d’intelligence artificielle, d’effectuer les opérations de segmentation et de mesures ; afin de dégager du temps au radiologue pour qu’il puisse se concentrer sur son patient.

Dans le cas du tabagisme, la performance du logiciel multi-organes associée à l’expertise du radiologue peut permettre au patient de bénéficier d’un diagnostic précis complet sur l’ensemble de ses organes thoraciques pour une meilleure prise en charge et une optimisation de son parcours de soins.

1

2