Les femmes et les infections TORCH

Women and TORCH

Un certain nombre de maladies infectieuses peuvent être transmises aux femmes enceintes puis à leur fœtus, entrainant une augmentation du risque de fausse-couche, de malformation congénitale et de problèmes de développement. Ces infections, que l’on appelle infections TORCH, comprennent la toxoplasmose, la syphilis, le VIH, la rubéole, le cytomégalovirus (CMV) et le virus Herpes simplex.

Il est important d’informer les femmes sur ces maladies et les risques associés, idéalement avant la grossesse. La vaccination est disponible pour certaines de ces maladies et des précautions pour éviter l’exposition, comme le lavage fréquent des mains, peuvent aussi contribuer à la prévention des infections. Le meilleur moyen à la disposition des femmes enceintes pour protéger leur enfant à naitre est de se protéger elles-mêmes.1

  • Dans le monde, l’infection congénitale par le VIH représente une cause majeure de morbidité et de mortalité infantile. Selon les estimations, elle est responsable du décès de 4 millions de personnes depuis le début de la pandémie par le VIH.2
  • Le cytomégalovirus (CMV) est le virus le plus connu pouvant être transmis durant la grossesse et touchant approximativement 0,5 à 1,5% des accouchements.3 Approximativement 40% des infections maternelles par le CMV durant la grossesse évoluent en infections congénitales.4
  • Chez les femmes enceintes et atteintes par une syphilis précoce non traitée, 25% des grossesses aboutissent à la naissance d’un enfant mort-né et 14% à un décès néonatal. De plus, le taux de mortalité périnatale est environ de 40%.5
Nous contacter

Facteurs de risque

Un fœtus peut contracter une infection TORCH in utero lorsque sa mère est infectée. Le virus est alors transporté par la circulation sanguine vers le fœtus.

Le fœtus en développement est particulièrement vulnérable aux maladies car son système immunitaire n’est pas encore assez développé pour lutter en permanence contre les infections.

Un fœtus in utero ne pouvant pas se débarrasser complètement d’une infection, le virus reste dans son corps et peut altérer le développement correct de ses organes.6

 

La syphilis est l’une des infections pouvant entrainer des complications lors de la grossesse et des malformations congénitales du fœtus en développement. L’impact des différentes maladies infectieuses pouvant causer des complications s’étend des fausses-couches à l’accouchement prématuré en passant par les malformations congénitales, y compris le handicap mental, la cécité, les maladies hépatiques, rénales et cardiovasculaires ou même le décès de l’enfant.

Le cytomégalovirus (CMV) est un virus herpes à ADN double brin responsable de la majorité des infections virales congénitales. Le taux de séropositivité au CMV augmente avec l’âge. La localisation géographique, le statut socio-économique et l’exposition au travail sont d’autres facteurs qui influencent le risque d’infection. L’infection par le CMV nécessite un contact direct avec la salive, l’urine et/ou d’autres fluides corporels. Les voies possibles de contamination comprennent: les rapports sexuels, la greffe d’organe, la transmission transplacentaire, la transmission par le lait maternel et la transfusion sanguine (rare).7

Pour la plupart des micro-organismes TORCH, le test de dépistage est basé sur la détection des anticorps dans l’organisme. En général, les infections TORCH représentent un risque plus important pour le fœtus et les nouveau-nés si la mère est infectée durant la grossesse. En effet, les infections primaires (nouvelles infections contractées durant la grossesse) sont généralement plus dangereuses que les infections secondaires ou réactivées.

Symptômes

Les symptômes et les signes d’une transmission virale verticale dépendent du pathogène impliqué. Ce dernier peut causer des manifestations subtiles (comme des symptômes de type grippaux) qui ne sont pas remarquées par la mère durant la grossesse. Dans certains cas, les effets sont visibles seulement à la naissance.

Les symptômes d’une infection verticale peuvent inclure la fièvre et une faible prise de nourriture. Les nouveau-nés montrent souvent un retard de croissance. Des pétéchies sur la peau peuvent apparaitre: il s’agit de petits points rouges ou pourpres dus à des saignements des capillaires sous-cutanés. Les infections verticales peuvent causer des troubles auditifs et oculaires, des retards mentaux, un autisme et le décès. La mère ne souffre souvent que d’une infection légère asymptomatique ou faiblement symptomatique.8

 

Solutions

 

IgM toxoplasmose

            X

                    X

IgG toxoplasmose

            X

                    X

Syphilis

            X*

                    X

IgM rubéole

            X

                    X

IgG rubéole

            X

                    X

IgM CMV

            X**

                    X

IgG CMV

            X**

                    X

IgG Herpes I et II

 

                    X

Dépistage

Généralement, les antécédents du patient et les facteurs de risque guident les analyses prénatales et périnatales chez la mère concernant les micro-organismes TORCH. Ces tests sont effectués pendant le premier trimestre de la grossesse et les nouveau-nés doivent être également testés à la recherche de micro-organismes TORCH spécifiques sur la base des antécédents médicaux.9,10 Pour la plupart des micro-organismes TORCH, le dépistage initial est basé sur la détection des anticorps dirigés contre le germe. 

  • Le dépistage des agents infectieux fréquents avec la gamme de tests TORCH peut contribuer à la prévention de nombreuses malformations congénitales car certaines infections TORCH peuvent être efficacement traitées si le diagnostic est posé suffisamment tôt chez la mère durant la grossesse.11

 

  • Le dépistage des germes TORCH peut permettre d’identifier les situations à risque pour le fœtus ou les nouveau-nés. Les tests sérologiques TORCH peuvent identifier les infections et faciliter le traitement approprié, ce qui contribue efficacement à la réduction du risque de malformations congénitales et de décès du fœtus.

 

  • Prévention: certaines infections transmises verticalement comme la toxoplasmose et la syphilis peut être efficacement traitées par des antibiotiques si le diagnostic est posé suffisamment tôt chez la mère. La rubéole et le zona peuvent être prévenus par vaccination de la mère avant la grossesse. Si la mère est infectée par le virus de l’Herpes simplex, un accouchement par césarienne peut prévenir le contact du nouveau-né avec le germe et donc une infection par ce dernier. Les précautions pour prévenir l’infection par le CMV comprennent l’évitement du contact avec l’urine ou la salive d’un enfant infecté et le lavage fréquent des mains lorsque l’enfant est nourri ou soigné.8,12

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12