Les femmes et l’alimentation

Les femmes et l’alimentation
 
Nous contacter

Une alimentation adaptée chez les femmes est basée sur une consommation et une assimilation adéquates et équilibrées. La malnutrition se caractérise par une consommation insuffisante ou excessive de protéines, de calories et/ou de vitamines et des infections ou des troubles fréquents qui en résultent.1 Elle représente l’un des plus grands dangers pour la santé publique à l’échelle internationale mais aussi la cause la plus fréquente des maladies dans le monde.2

Situation mondiale de la malnutrition chez les femmes1
L’importance de l’alimentation et de la nutrition dans le développement humain est largement reconnue aussi bien dans les pays riches que dans les pays pauvres. La malnutrition, sous toutes ses formes, impose une charge intolérable non seulement sur les systèmes de santé nationaux mais aussi sur la cohésion culturelle, sociale et économique des nations. Elle représente le principal obstacle à l’épanouissement du potentiel humain. L’investissement dans la nutrition des femmes est donc judicieux sur le plan économique car il réduit les dépenses de santé, augmente la productivité ainsi que la croissance économique et favorise l’éducation, les capacités intellectuelles et le développement social pour les générations présentes et futures.

 

  • La dénutrition chez les femmes enceintes, fréquente dans de nombreux pays en voie de développement, est à l’origine d’une faible croissance fœtale et de l’augmentation du risque de complications gestationnelles. La dénutrition maternelle et fœtale cause plus de 10% des maladies.

 

  • L’indicateur clé de la malnutrition chronique est le retard de croissance caractérisé par une taille insuffisante chez les enfants par rapport aux standards de l’OMS pour le groupe d’âge correspondant. Selon les chiffres de 2011, environ 165 million d’enfants montrent un retard de croissance à cause d’une insuffisance alimentaire, d’une alimentation pauvre en vitamines et minéraux, de soins inadéquats et de maladies. Lorsque la croissance ralentit, le développement du cerveau prend du retard et les enfants apprennent difficilement. Les taux de retard de croissance chez les enfants sont plus élevés en Afrique et en Asie. En Afrique de l’est, 42% des enfants étaient touchés en 2011.

 

  • La cachexie est une forme sévère de dénutrition résultant d’une restriction alimentaire aiguë et aggravée par des maladies. Environ 1,5 million d’enfants décèdent tous les ans à cause de la cachexie. L’augmentation du prix de la nourriture, la réfaction de la nourriture dans les zones de conflit et les catastrophes naturelles réduisent l’accès de la population à une alimentation adéquate et en quantités suffisantes et peuvent donc conduire à la cachexie. Cette dernière nécessite des interventions nutritionnelles en urgence pour sauver la vie des personnes touchées.

 

  • La présence de vitamines et de minéraux essentiels dans la nourriture est vitale pour renforcer l’immunité et stimuler un développent sain. Les carences en vitamine A, en zinc, en fer et en iode sont des problèmes de santé publique. Environ 2 milliards de personnes sont touchées par une insuffisance des apports en iode dans le monde. De même, au niveau mondial, plus d’un tiers des enfants en âge préscolaire souffrent de carence en vitamine A, l’une des causes principales de la cécité évitable.

 

  • Les problèmes alimentaires chez les adolescents commencent durant l’enfance et continuent à l’âge adulte. L’anémie est un problème nutritionnel crucial chez les adolescentes. La prévention des grossesses précoces et la consommation adéquate de nutriments essentiels chez les filles en phase de croissance peuvent réduire la mortalité maternelle et infantile ultérieure et stopper le cycle de dénutrition d’une génération à l’autre. Globalement, l’anémie affecte 42% des femmes enceintes.

 

  • L’augmentation du surpoids et de l’obésité dans le monde est un problème majeur de santé publique. Des personnes de tous les âges et de tous les milieux sociaux souffrent de cette forme de malnutrition. En conséquence, l’incidence du diabète, des maladies cardiovasculaires et d’autres conditions relatives à l’alimentation explose dans le monde entier.

Share this page:

Littérature:
1. World Health Organization [Internet]. [cité en août 2014] Accessible sur: http://www.who.int/features/factfiles/nutrition/en/
2. FAO Gender and Nutrition [Internet]. [cité le 12 mars 2013] Accessible sur: http://www.fao.org/docrep/012/al184e/al184e00.pdf