Très vite à nouveau sur pied

Andrea Lutz

|

Un traitement minimalement invasif des fractures pelviennes est particulièrement avantageux pour les patients plus âgés.

Télécharger le PDF.

Centre de traumatologie gériatrique de l’hôpital cantonal de Lucerne (LUKS)
Le centre de traumatologie gériatrique fait partie de la Clinique d’orthopédie et de chirurgie traumatologique de l’hôpital cantonal de Lucerne (LUKS) et est membre du réseau de traumatologie de Suisse centrale sous la direction du LUKS.

«En optant pour une fixation minimalement invasive à l’aide de vis après une fracture pelvienne, nous permettons à nos patients de marcher à nouveau au maximum de leurs capacités un jour après l’intervention chirurgicale», explique Dr Björn-Christian Link, co-médecin-chef de la Clinique d’orthopédie et de chirurgie traumatologique de l’hôpital cantonal de Lucerne (LUKS). Depuis quelques mois, Björn-Christian Link opère ses patients du centre de traumatologie gériatrique dans une salle d’opération hybride équipée du système ARTIS pheno avec bras robotisé en C de Siemens Healthineers.

Lors du congrès allemand d’orthopédie et de traumatologie (DKOU) à Berlin, le médecin a donné une conférence sur les améliorations du flux de travail ainsi obtenues et a démontré ce qu’une vitesse plus soutenue et une plus grande précision de traitement pouvaient signifier pour des patients âgés.
«Il est primordial de marcher. Si une personne âgée ne marche plus, elle perd rapidement sa masse musculaire déjà relativement faible, ses capacités de coordination et enfin sa vitalité», explique Björn-Christian Link.

La salle d'opération hybride du centre de traumatologie gériatrique est équipée d'un bras robotisé en C.
La salle d'opération hybride du centre de traumatologie gériatrique est équipée d'un bras robotisé en C.
Photo: Lucerne Cantonal Hospital (LUKS), Lucerne, Switzerland

L’équipe de l’hôpital cantonal de Lucerne a créé son propre centre de traumatologie gériatrique qui propose un traitement interdisciplinaire aux patients présentant au moins deux diagnostics secondaires pertinents dès 70 ans ainsi qu’à tous les patients âgés de 80 ans et plus. « Ces dernières années, nous diagnostiquons de plus en plus de fractures de la ceinture pelvienne après un traumatisme mineur chez les patients âgés. » Ce type de fractures osseuses chez des personnes âgées est principalement dû à de l’ostéoporose ou à une carence en vitamine D, une prise de cortisone pendant plusieurs années, une polyarthrite rhumatoïde ou une irradiation locale. Selon son expérience, une chute présente toujours des risques importants de fractures chez les personnes âgées. « L’espérance de vie augmente et il faut donc soigner de plus en plus de patients présentant des fractures osseuses », précise Björn-Christian Link. C’est précisément là qu’intervient le centre de traumatologique gériatrique en proposant un traitement complet.

«Nous avons pour objectif de permettre à un maximum de patients de retrouver rapidement leur mode de vie et leur domicile après un accident.» L’intervention minimalement invasive réalisée dans la salle d’opération hybride permet d’atteindre cet objectif, car la technologie offre une accélération sensible du flux de travail dans la salle d’opération et garantit en même temps au patient une sécurité et une qualité de traitement élevées. C’est avec une certaine fierté que Björn-Christian Link a présenté, lors du DKOU, la vidéo d’une patiente de 94 ans qui marchait avec assurance et sans aide dans les couloirs de l’hôpital quelques jours après une opération pour une fracture du bassin.

Dr. Björn-Christian Link au congrès allemand d'orthopédie et de traumatologie
Lors du congrès allemand d’orthopédie et de traumatologie (DKOU), Dr Björn-Christian Link a présenté les avantages d’un traitement minimalement invasif des fractures du bassins pour les personnes âgées.
Photo: Marco Leibetseder

«Sur le plan biomécanique, les vis percutanées servant à la stabilisation d’une fracture de la ceinture pelvienne postérieure sont un traitement de choix», explique le chirurgien expérimenté. Dans la salle d’opération hybride, trois étapes suffisent pour positionner correctement les vis : il faut tout d’abord réaliser un scan 3D à l’aide du bras robotisé en C, puis l’application intégrée au bras en C « syngo Needle Guidance » permet de planifier précisément la pose de la vis et de diriger automatiquement le bras en C en conséquence. Un laser intégré au détecteur d’image indique à Björn-Christian la trajectoire à suivre. L’application permet une diminution du taux d’erreurs de positionnement des vis. Et Björn-Christian Link d’ajouter : «Nous avons spécifiquement choisi Needle Guidance dans ce but. Nous disposons ainsi de plus de confort, car nous pouvons visualiser les trois plans. L’application me donne une recommandation à l’instar d’un système de navigation dans une voiture. Mais c’est moi qui choisis quelle route prendre. J’utilise toujours Needle Guidance pour traiter la ceinture pelvienne postérieure, car cette application nous permet de gagner du temps et d’éviter des irradiations supplémentaires. Je prévois environ une demi-heure par vis, mais c’est en général plus rapide.»

Le résultat du traitement est au final vérifié au moyen d’un contrôle de qualité intraopératoire avec imagerie 3D, une opération qui ne dure que cinq secondes. C’est précisément cette étape qui est très importante pour les patients polymorbides : le résultat étant vérifié en salle d’opération alors que le patient est encore sous anesthésie, les chirurgiens n’ont pas besoin d’attendre pour réaliser des images TDM postopératoire et évitent ainsi à leur patient des irradiations supplémentaires ainsi que d’éventuelles interventions de révision entraînant des séjours plus longs à l’hôpital et des risques plus élevés pour les patients.

Dr Björn-Christian Link est co-médecin-chef de la Clinique d’orthopédie et de chirurgie traumatologique du LUKS. Photo : Marco Leibetseder

Cela fait maintenant un bon semestre que Björn-Christian Link opère dans cette salle d’opération hybride, qui était principalement occupée au début par des spécialistes en chirurgie vasculaire. Il était aussi prévu que des cardiologues et des spécialistes de la colonne vertébrale réalisent ici leurs opérations. Aujourd’hui, l’équipe de chirurgie traumatologique est l’une des principales utilisatrices de cette salle. Björn-Christian Link le sait bien: «Certains patients viennent chez nous car ils savent que nous avons une salle hybride avec un système d’imagerie robotisé. Je suis convaincu des conséquences positives de ce système, car s’il existe une possibilité plus sûre et meilleure sur le plan technique, il la proposera toujours. Il y a là un grand potentiel.»