Les femmes et les maladies cardiovasculairesLe cœur des femmes: les caractéristiques uniques des maladies cardiovasculaires chez les femmes

Les maladies cardiovasculaires (MCV) représentent la principale cause de mortalité chez les femmes à l’échelle internationale.1 Bien qu’il soit largement reconnu que les MCV représentent un risque pour la santé des femmes, l’idée erronée selon laquelle ces maladies posent surtout problème chez l’homme d’âge moyen subsiste encore.

 

Les MCV peuvent toucher les femmes et les hommes de tout âge et de toute nationalité. Malheureusement, de nombreuses femmes n’ont pas conscience de courir un risque cardiovasculaire. Cette erreur, avec le fait que les facteurs de risque et les symptômes associés aux accidents cardiovasculaires diffèrent souvent entre les hommes et les femmes, conduit à un déséquilibre entre l’évaluation, le diagnostic et le traitement d’un coté et les effets des maladies cardiovasculaires chez les femmes d’un autre coté.

Les femmes et les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires qu’est-ce que c’est?
Le terme maladies cardiovasculaires (MCV) désigne une constellation de troubles affectant le cœur et le système circulatoire. Ces conditions comprennent la coronaropathie, les maladies cérébrovasculaires, la maladie artérielle périphérique, les cardiopathies rhumatismales, les cardiopathies congénitales et la thrombose veineuse profonde ainsi que l’embolie pulmonaire.

Prévalence

  • Les maladies cardiovasculaires représentent une cause majeure de mortalité chez les femmes dans les principaux pays développés et la plupart des pays en voie de développement.2
  • Au niveau mondial, plus de 7 millions de femmes décèdent chaque année à cause des maladies cardiovasculaires.1
  • Aux USA, ces maladies causent presque un décès par minute, ce qui représente près de 420 000 femmes par an.3
  • 52% des décès chez les femmes en Europe sont dus à des maladies cardiovasculaires.4
  • En Amérique latine, les décès en relation avec des maladies cardiovasculaires touchent les femmes de manière disproportionnée.5
  • Les maladies cardiovasculaires et l’AVC sont à l’origine de 43,9% des décès en Chine.6


L’impact global des maladies cardiovasculaires chez les femmes

  • Les maladies cardiovasculaires représentent la principale cause de mortalité chez les femmes dans le monde.7
  • Un tiers des décès chez les femmes est dû aux maladies cardiovasculaires.7
  • Chaque année, 8,6 millions de femmes dans le monde décèdent à cause des maladies cardiovasculaires et des AVC.8
  • Les maladies cardiovasculaires et les AVC sont à l’origine d’autant de décès chez les femmes que l’addition de la mortalité due à tous les types de cancer, la tuberculose, le VIH/SIDA et la malaria.8


Différences entre les genres9
Les femmes et les hommes ne sont pas égaux devant les maladies cardiaques. Il existe plusieurs différences particulières au niveau des facteurs de risque, des signes et des symptômes et de l’effet chez les femmes par rapport aux hommes.

 

En général, les maladies cardiovasculaires se développent plus tardivement chez les femmes que chez les hommes. Néanmoins, chez les femmes qui sont touchées plus jeunes, le taux de mortalité est nettement plus élevé que chez les hommes du même âge. La coronaropathie a tendance à toucher des vaisseaux plus petits chez les femmes et cause des symptômes moins sévères. La plaque est en général moins développée chez les femmes que chez les hommes mais elle se forme souvent tout le long des artères plutôt que dans un segment particulier. Cela signifie qu’il n’est pas rare chez les femmes de ressentir une douleur dans le thorax sans coronaropathie obstructive manifeste. Les femmes souffrent également de limitations physiques plus marquées après un événement aigu et les femmes jeunes ou d’un âge moyen affichent des taux plus élevés d’effets négatifs, de complications et de séquelles après un infarctus que les hommes.

Prévention

Prévention des maladies cardiaques: directives pour un cœur sain1

Des directives pour la prévention des maladies cardiaques chez les femmes ont été émises avec la découverte de la supériorité du risque de mortalité à causes des maladies cardiovasculaires chez ces dernières. Une série de directives mises à jour par l’American Heart Association et concentrées sur les stratégies de prévention à long terme a été publiée en 2011. Les recommandations comprennent:

  • Une modification du style de vie, y compris l’arrêt du tabac et une modération de la consommation d’alcool
  • Une augmentation de l’activité physique avec au moins 150 minutes d’exercice physique modéré par semaine, 75 minutes d’exercice physique vigoureux par semaine ou une combinaison équivalente d’exercices en aérobie d’intensité modérée et élevée
  • Un régime alimentaire riche en fruits et en légumes, en farine complète, en fibres, en poissons gras et pauvre en graisses saturées, en cholestérol, en acides gras en trans, en sodium et en sucres
  • Un contrôle du poids grâce à un équilibre adéquat entre l’activité physique, la consommation de calories et un programme comportemental soutenu, lorsque l’obtention ou la conservation d’un poids corporel approprié est nécessaire
  • Le maintien d’une tension artérielle optimale <120/80 mm Hg. La pharmacothérapie est indiquée lorsque la tension artérielle est ≥ 140/90 mm Hg (≥ 130/80 mm Hg dans le cadre de l’insuffisance rénale chronique et du diabète sucré)
  • L’induction d’un taux de lipides sain grâce au style de vie: LDL-C <100 mg/dl, HDL-C >50 mg/dl, triglycérides <150 mg/dl et non–HDL-C (cholestérol total moins HDL) <130 mg/dl. Un traitement est recommandé pour réduire le LDL-C simultanément au changement de style de vie chez les femmes avec MCC pour obtenir un taux de LDL-C <100 mg/dl. Chez les femmes >60 ans et avec un risque de MCC estimé >10%, les statines peuvent être envisagées si l’hsCRP est >2 mg/dl après les modifications du style de vie et en l’absence de processus inflammatoire aigu.
  • Les modifications du style de vie et la pharmacothérapie peuvent être utiles chez les femmes souffrant de diabète sucré afin d’obtenir une HbA1C <7% si ce résultat peut être atteint sans hypoglycémie significative.
  • Quelles que soient les maladies cardiovasculaires présentes, l’utilisation en routine des faibles doses d’aspirine chez les femmes de 65 ans ou plus doit être envisagée seulement s’il est probable que les bénéfices dépassent les risques.

Facteurs de risque

Alors que les facteurs de risque11 de maladies cardiovasculaires sont similaires chez les femmes et les hommes, certains risques sont plus élevés ou associés à une plus grande prévalence chez les femmes que chez les hommes. En outre, il existe des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires spécifiques aux femmes.

Les facteurs de risque similaires entre les femmes et les hommes comprennent: 

Les facteurs de risque non modifiables

  • Âge avancé
  • Antécédents familiaux
  • Origine ethnique

Les facteurs de risque modifiables

  • Hypertension
  • Taux de cholestérol total élevé
  • Taux de cholestérol HDL faible
  • Hyperlipidémie associée
  • Alimentation déséquilibrée
  • Inactivité physique
  • Stress

Les facteurs de risque plus élevés ou avec une plus grande prévalence chez les femmes que chez les hommes comprennent:

Les facteurs de risque non modifiables

  • Âge avancé
  • Antécédents familiaux
  • Origine ethniqu

Les facteurs de risque modifiables

  • Hypertension
  • Taux de cholestérol total élevé
  • Taux de cholestérol HDL faible

Les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires spécifiques aux femmes comprennent:

  • La contraception orale
  • Le traitement de substitution hormonale
  • Le syndrome des ovaires polykystiques

 

 Résultats chez les femmes après un infarctus du myocarde
 

Les infarctus du myocarde surviennent chez les hommes et les femmes mais les risques augmentent significativement chez ces dernières après la ménopause. Malheureusement, la probabilité de survie après un infarctus du myocarde est plus faible chez la femme que chez l’homme. Des données de l’American Heart Association indiquent que plus de femmes que d’hommes vont:

 

  • décéder dans l’année qui suit un infarctus du myocarde
  • souffrir d’un autre infarctus du myocarde ou d’une coronaropathie fatale dans les 5 ans après le premier infarctus du myocarde
  • développer une insuffisance cardiaque dans les 5 ans après un infarctus du myocarde
  • souffrir d’un AVC dans les 5 ans après un infarctus du myocarde12 

 

En plus de ces données, chez les jeunes femmes ayant subi un infarctus du myocarde, la mortalité est plus forte que chez les hommes du même âge, même si le rétrécissement coronaire est généralement moins marqué, les infarctus moins violents et la préservation de la fonction cardiaque meilleure chez les femmes.13 Chez les femmes jeunes et d’un âge moyen, les taux d’effets délétères, de complications et de handicap après un infarctus du myocarde ou un SCA sont plus élevés que chez les hommes.13

L’American Heart Association affirme également que la probabilité de recevoir un traitement agressif contre les maladies cardiovasculaires est moins élevée chez les femmes que chez les hommes. Les femmes reçoivent également moins de traitements interventionnels avec ou sans pose de stents que les hommes (34% seulement chez les femmes).14

Symptômes

Différences au niveau de la symptomatologie de l’infarctus du myocarde
La connaissance des symptômes d’infarctus du myocarde chez les femmes et les hommes et les mesures prises peuvent faire la différence entre la vie et la mort. De nombreuses femmes ne sont pas capables d’identifier les symptômes atypiques de l’infarctus du myocarde qui surviennent fréquemment ou elles les confondent avec des symptômes associés à des conditions non mortelles. Alors que les hommes comme les femmes peuvent ressentir une douleur typique ou une gêne dans le thorax, les femmes ont tendance à ressentir ces symptômes moins souvent que les hommes et elles présentent typiquement des symptômes différents.

Les symptômes de l’infarctus du myocarde chez la femme
Les symptômes les plus fréquents sont communs entre les hommes et les femmes:15
 

  • Gêne ou douleur dans le thorax
  • Gêne ou douleur dans l’épaule gauche, les bras, les coudes, le dos ou la mâchoire


Les autres symptômes d’infarctus du myocarde souvent plus fréquents chez les femmes que chez les hommes comprennent:16,17

  • Essoufflement ou difficultés respiratoires
  • Nausées ou vomissements
  • Étourdissements
  • Sueurs froides
  • Perte d’appétit/Brûlures d’estomac
  • Faiblesse ou fatigue inhabituelle/inexpliquée
  • Palpitations cardiaques
  • Toux

Solutions

La prévention des maladies cardiovasculaires est possible dans une large mesure et de simples tests sanguins peuvent contribuer à l’évaluation du risque. Les analyses de sang fréquemment effectuées pour évaluer le risque de maladie cardiovasculaire comprennent:

  • Apolipoprotéine A1
  • Apolipoprotéine B
  • BNP/NT-proBNP
  • Fibrinogène
  • HDL cholestérol
  • Homocystéine
  • hsCRP
  • Interleukine-6 
  • LDL cholestérol
  • Lipoprotéine (a)
  • Myéloperoxidase
  • Cholestérol
  • Troponine I

La réduction de l’impact des maladies cardiovasculaires chez les femmes nécessite les éléments suivants:

 

  • Compréhension des facteurs de risque
  • Réalisation de diagnostics rapides et précis lorsque les symptômes surviennent
  • Initiation du traitement approprié
  • Surveillance du traitement


Les analyses diagnostiques en laboratoire jouent un rôle crucial dans la prise en charge des femmes tout au long de leur vie en termes de maladies cardiovasculaires.

En tant que fournisseur de diagnostics, Siemens propose des tests permettant la prise en charge complète des maladies cardiovasculaires, y compris l’évaluation du risque, le dépistage précoce, le diagnostic, le traitement et le suivi. En outre, nos solutions de TI dans le domaine de la santé permettent l’échange de données afin de prendre des décisions informées.


 

Sytèmes ADVIA Centaur

Autres systèmes Siemens

Soins aigus

BNP

    X

 

 

    X*

    X

 

 

 

CKMB (masse)

    X

    X

    X

    X

    X

    X

    X

    X

D-dimère

    X*

 

 

 

 

    X

    X

    X

Galectine-3

    X*

 

 

 

 

 

 

 

Myoglobine

    X

    X

    X

    X

    X

    X

    X

    X

NT-proBNP

    X*

 

    X

    X

    X

    X

    X

    X

Troponine I

    X

 

    X

    X

    X

    X

    X

    X

Comorbidités

Cystatine C

 

    X

 

 

    X

 

 

    X

Glucose

 

    X

    X

    X

    X

 

 

    X

Hémoglobin A1c

 

    X

    X

    X

    X

 

 

    X

Microalbumine

 

    X

    X

    X

    X

    X

 

    X

Évaluation du risque

Apolipoprotéine A-1

 

    X

 

 

    X

 

 

    X

Apolipoprotéine B

 

    X

 

 

    X

 

 

    X

BNP

    X

 

 

    X*

    X

 

 

 

Fibrinogène

 

 

 

 

 

 

 

    X

HDL cholestérol

 

    X

    X

    X

    X

 

 

 

Homocystéine

    X

 

 

 

    X

    X

 

    X

hsCRP

 

    X

    X

    X

    X

    X

    X

    X

Interleukine-6

 

 

 

 

 

    X

 

 

LDL cholestérol

 

    X

    X

    X

    X

 

 

 

Lipoprotéine(a)

 

    X

 

 

 

 

 

    X

Myéloperoxidase  

 

 

    X

 

 

 

 

 

NT-proBNP

    X*

 

    X

    X

    X

    X

    X

    X

Cholestérol total

 

    X

    X

    X

    X

 

 

 

Triglycérides

 

    X

    X

    X

    X

 

 

 

Troponine I

    X

 

    X

    X

    X

    X

    X

    X

Surveilance du traitment

Anti-Xa

 

 

 

 

 

 

 

    X

aPTT

 

 

 

 

 

 

 

    X

Fonction plaquettaire

 

 

 

 

 

 

 

    X

TP

 

 

 

 

 

 

 

    X

Temps de thrombine

 

 

 

 

 

 

 

    X